Carnet de route

Ca raquette ....

Sortie :  Vallée du Marcadau du 12/12/2015

Le 16/04/2015 par Fred Le Rallier

Randonnée en raquettes à neige – 28 et 29 mars 2015

 

Une sortie qui a failli se faire mi- février...donc tout le groupe (ben oui, 8 quoi!) était piaffant à l'approche des dates du WE prévu pour cette rando.
Une météo incertaine en début de semaine, optimiste le mercredi, puis moyenne le jeudi ;
pas grave, comme l'a écrit Rémy : « qui écoute trop la météo reste au bistrot » !!!!
Donc, à coté de l'équipement, des raquettes, de la nourriture, le minibus emporte aussi de quoi boire (en mangeant et avec modération bien sûr...!).
C'est pour çà qu'il n'y avait plus de place pour les pelles et les sondes !
Ah non , on me dit qu'elles sont restées volontairement au local....en grève ?? Faudra négocier avec le syndicat des mineurs de fond !
Direction la sauvage vallée d'Aspe, vers Lescun (presqu'au fond à droite).
Pas loin de minuit en arrivant au gîte du pic d'Anie qui nous attend, rien que pour nous avec son grand dortoir à l'étage.
Réveil grâce au clocher de l'église, mais dans la brume : bistrot ou rando ?
Allez, tout le monde dans la brume depuis le parking de Sansanet, avant le Somport, direction l'Espagne, vers le lac d'Estaens, et objectif le cirque d'Olibon (circo de Olibón)
Pour trouver le chemin, dans la forêt, un peu d'orientation : recommandation des spécialistes « y a qu'à suivre les traces » (dixit : ??? peut être bien Nathalie).
C'est vrai que çà aide bien les traces des skis de rando, même si en raquettes on aurait envie de couper un peu, parce c'est des traces de descente...

Qu'importe, on passe en Espagne, en imaginant la borne frontière sous 1 m de neige.
Des trouées de ciel à travers le brouillard se précisent, le soleil en profite « vicieusement » pour nous réchauffer et balancer quelques UV méchants (affaire à suivre).
Là, cette étendue toute plate et blanche, ce serait pas le lac ? A 1750 m
Juste à ce moment, les nuages remontent : belle vue sur les sommets espagnols (crêtes de la Sierra de Bernera) et l'appétit nous fait faire une grande pause « repas ».
Aïe, le départ avec l'estomac plein est un peu difficile...vu l'heure et la lourdeur des pas : on n'ira pas jusqu'au cirque. Quelques photos de l'entrée du cirque, un peu « canyon » ; et demi-tour. Car n'oublions pas qu'il y a encore du boulot pour ce soir à préparer le repas (non, non, on ne pense pas qu'à çà...).
Je jette un voile pudique sur cette soirée avec force nourritures (et boissons), toutes plus riches les unes que les autres ; et qui se termina par un coucher où chacun rivalisa de vitesse pour sombrer au plus creux des bras de Morphée (victoire remportée par Serge)/ NB : ce deuxième soir, personne n' a eu froid.
Dimanche 7 heures : debout. Heu ! Il est pas 6 heures. Ben non, çà c'était hier. Et là, on part pas à 8 heures ? Il sonne quoi, le clocher de l'église.. ? Bon, d'accord, c'est la nuit la plus courte et il faut avancer (reculer ?, non, bref re-régler les montres).
Moins de chemin pour monter au refuge de Labérouat avec le minibus.
Direction toujours plein Ouest à travers les bois du Braca d'Azuna, sous les orgues de Camplong, guidés par Anne. Sympa, un peu long et pourquoi y a eu toutes ces coulées d'avalanches qui abîment le chemin ! On passe où, là ? Une neige un peu molle (fait 8-9°c) et on a failli laisser Laure (enfin sa jambe et sa raquette) dans un trou.

Sortie du bois : tiens là bas on va aller jusqu'à la cabane de Beich pour une pause déjeuner (on pense qu'à bouffer, je l'ai déjà écrit). Mais, non c'est un rocher déguisé en cabane ! !

Quoique... ? Pas mal réussi le déguisement, y a même une porte pour rentrer dans le rocher (heu non la cabane). D'ailleurs, ils auraient bien fait de la fermer la porte : la neige aurait pas envahi la cabane !
Pas grave, je la fermerais avant de redescendre : après 1 m3 de neige à pelleter (la seule pelle disponible!).
Bon, ben là aussi, après le repas, on hésite à attaquer la pente de front....alors un petit détour par des mamelons sur le droite. C'est plus engageant. Mais au bout du compte, c'est un détour qui nous ramène aux pentes plus raides sous l'accès au col des Anies.

Et là, vu la mollesse de cette neige, quelques fissures apparentes dans le manteau et ces pentes qui sont marquées : on ira pas. Descente par le chemin qu'on aurait dû prendre à l'aller : c'est vrai que c'est plus raide – Distance de sécurité entre chacun ! 10 mètres.
Crispation des cuisses et quelques grimaces plus tard, on repasse par la case « cabane » : tiens si on mangeait ? Ben oui, par ce que tout le monde n'avait pas cru à la première pause- repas !
Pas grave, on a une heure d'avance...Ben, non, maintenant c'est l'heure. Ah bon. Alors, on descend, à travers le bois, les coulées de neige et boue mêlées.
Déjà une fin qui s'approche...trop court., Quoiqu'une petite fatigue nous dit le contraire.

Retour au minibus ; on range tout dans le gîte.
Au revoir Lescun, un si beau village, de belles maisons, témoins de la vie pastorale du siècle dernier.
Des images plein les yeux, des photos plein les cartes (SD) et des peaux teintées (aux UV),
 voire plus. Là, une précision : même avec le brouillard , la protection de nos peaux, si fragiles
 car si jeunes s'impose toujours. Souvenir cuisant...pour Rémy :2nd degré.

 

CLUB ALPIN ROCHELAIS
CLUB ALPIN ROCHELAIS
99 RUE NICOLAS GARGOT
17000  LA ROCHELLE
Contactez-nous
Tél. 05.46.44.78.58 et 06.95.08.13.77
Permanences :
Les Mardis de 18:30 à 20:30
Activités du club
Agenda