Carnet de route

Randonner... avant la fin de l'été

Le 07/09/2017 par Jacques

Denis, membre actif du Club propose un week-end dans les Hautes Pyrénées : compte tenu des aléas météorologiques, 2 plans sont envisagés :
Plan A : dormir au sommet du Marboré en partant du col des Tentes au dessus de Gavarnie
Plan B : à partir du lac des Gloriettes, J1 Brèche de Turquerouye et Pic de La Pinède et J2 le Piméné. Ces deux courses présentent chacune un dénivelé d’environ 1100-1200m et un parcours de 18 à 19 km.

Compte tenu d’une météo incertaine, c’est le plan B qui est retenu.
9 personnes sont inscrites : Denis, Thierry G., Thierry F., Philippe, Sandrine, Nathalie, Fred, Régis et Jacques.


Vendredi 25 août : départ de La Rochelle à 18 h pour 6 participants, Rochefort à 18h30 pour Thierry et Jacques et Sandrine à Saintes autour de 19h. Direction Bordeaux que nous passons sans problème et arrêt sur une aire d’autoroute pour le repas du soir où nous apprécions entre autres melon et huîtres. Puis direction Lourdes, Luz St Sauveur et le parking du barrage des Gloriettes (1650m). Il est minuit passé, nous montons les toiles à la frontale au dessus du barrage sous l’œil curieux de quelques ânes. Nuit calme.


Samedi 26 août : lever autour de 7h. Petit déj., chacun s’équipe pour un départ vers 8h pour la Cabane d’Estaubé (1765m) où nous passerons la nuit. A 9 h nous refaisons nos sacs en ne prenant que le nécessaire pour la course du jour. IL fait beau et c’est parti au travers de la pelouse qui n’est pas tout à fait plane. Les plus jeunes enquillent sans problème alors que les moins jeunes qui veulent suivre fatiguent. Par suite, Régis, Fred et Jacques laissent partir leur six camarades et après quelques minutes de repos repartent à leur rythme. Autour de midi, ces derniers sont au sommet du pierrier  à environ 2400m et décident de se restaurer. Après une sieste bien méritée, ils attaquent la brèche de Turquerouye qui, comme dirait Raffarin « la route est droite mais la pente est raide !!»… ce que nous vérifions et atteignons le refuge situé au sommet de la brèche à 2666m. Nous avons tous remarqué les murailles calcaires subverticales qui flanquent la brèche. Il y a plus de deux siècles en 1801, Louis Ramond de Carbonnières est « frappé de voir la pierre calcaire tenir au centre des Pyrénées la place que le granit occupe dans toutes les grandes chaînes connues… », ce qui traduit de sacrés chamboulements qu’à l’époque on avait des difficultés à accepter. Notons la très belle vue sur le versant espagnol avec à nos pieds le lac glacé et au loin les barres calcaires situées au pied du Mont Perdu (3355m). Nous envisageons la descente quand nous entendons Denis qui avec les 5 autres collègues remontent au refuge après avoir escaladé le Pic de la Pinède (2860m). Nous descendons ensuite tous ensemble en restant groupés pour éviter les chutes de pierre qui ne manqueront pas. Chacun va à son rythme, nous traversons le pierrier et empruntons le sentier pour rejoindre les alentours de la cabane d’Estaubé. Régis en compagnie de Philippe a fait une petite chute agrémentée d’une plaie sur le côté gauche du crâne sans conséquence. Nous nous installons sur la pelouse de la rive gauche du gave d’Estaubé. Il est l’heure du repas : apéro avec le pinot noir de Thierry F. très apprécié puis dégustation des huîtres accompagnées à la fois par le pâté maison de Denis et d’un Bordeaux de qualité. Chacun complète par ses propres victuailles pour finir avec le cake de Nathalie que nous ne terminerons que le lendemain matin. Le ciel est chargé et malgré quelques histoires marrantes, il nous faut rejoindre nos tentes car la pluie commence à tomber. Elle se manifeste toute la nuit…On a bien fait de ne pas opter pour le plan A !!!


Dimanche 27 août : lever 7h, il ne pleut pas. Après discussion compte tenu d’un timing identique à celui d’hier pour faire la course au sommet du Piméné, nous optons pour l’ascension du Bergons (2068m). Petit déj., rangement et direction le parking des Gloriettes pour une descente sur Luz avec arrêt puis Villenave, Astès et les granges d’Abié situées sur les pentes du Bergons où nous garons le fourgon au niveau des derniers lacets (1450m). Nous attaquons la montée par un petit sentier bien dégagé qui nous mène d’abord au Portillon de Bachebirou (1968m) où la pluie nous surprend. Montée ensuite au sommet du Bergons pour découvrir une partie de la haute chaîne pyrénéenne des Astazous à l’est en allant au Gabietous à l’ouest en passant par le Taillon, la brèche de Roland, le Marboré… présentée par Denis. Déjeuner sur le toit de la cabane du Portillon et descente au fourgon où nous dégustons l’excellente tarte aux myrtilles offerte par Régis avec un bon café concocté par Philippe. C’est fini les grimpettes, nous allons en reconnaissance à la Grange de Vizos. Gîte sympathique situé à quelques kilomètres de Luz et qui pourrait accueillir nos escapades hivernales. Puis, il faut penser à rentrer : arrêt avant Bordeaux, très précisément à 19h30 pour un repas du soir des plus succincts. Bordeaux est passé sans problème, à Saintes Sandrine nous quitte, à Rochefort, c’est au tour de Thierry et de Jacques et nous arrivons à La Rochelle autour de 23h.


Au travers des différents retours de courriels, tous sont enchantés de ce WE où à la fois découverte des paysages et découverte des uns et des autres nous ont régalés. Merci à tous pour l’excellente convivialité et à bientôt pour d’autres aventures !!
                        Au Château d’Oléron, le 31 août 2017
                                Jacques

CLUB ALPIN ROCHELAIS
CLUB ALPIN ROCHELAIS
99 RUE NICOLAS GARGOT
17000  LA ROCHELLE
Contactez-nous
Tél. 05.46.44.78.58 et 06.95.08.13.77
Permanences :
Les Mardis de 18:30 à 20:30
Activités du club
Agenda