Carnet de route

Piméné par Estaubé

Sortie :  Sommet sur 2 jours en autonomie du 30/03/2019

Le 27/04/2018 par Eléonore

Notre WE a commencé par un petit bivouac à 1h du matin, près du départ de la randonnée, après les 5 heures de route. Un peu frisquet ! Départ le lendemain matin direction le cirque d'e l’Estaubé.

Chargés comme des mulets, nous avons une longue marche d’approche pour arriver jusqu’au barrage puis on remonte la vallée entrecoupée d’une longue série d’avalanches chaotiques. Ca donne un aperçu des forces de la nature. Belle leçon d’humilité !

Pause déjeuner à la cabane d'Estaubé - spartiate (la cabane bien sûr, pas notre déjeuner!). Suit une sieste merveilleuse dans le silence de la montagne et … sous le soleil. C’est divin (ça l’est moins au réveil pour ceux qui avaient fait l’impasse sur la crème solaire !).

Damien ne semble pas vouloir déjeuner, il dégage à la pelle l'entrée de la partie nuit de la cabane.

Puis nous repartons. Nous ne pourrons pas aller « chatouiller » - dixit Philippe - les pentes du port neuf de Pinède, trop exposées. On part en repérage pour l’itinéraire du lendemain. Nous sommes très prudents, la neige ne dit rien qui vaille et on entend de drôles de bruits sourds. Finalement, on arrivera quand même à 2400 m avec jolie vue sur le Piméné. Au retour, neige molle mais nous réservant de belles descentes.

Nous avons la visite d’une horde d’izards. Nous savourons ce spectacle.

Longues transactions pour savoir où nous dormons. Faute de compromis il y aura le groupe « cabane » et le groupe « tente ». Mais ouf tout va bien, le groupe cabane est invité par le groupe tente pour le dîner. A l’apéro nous ouvrons la bouteille de rosée portée par Philippe, toujours courageux !

Après le rosé (serait-ce stratégique ?)  Philippe nous donne l’heure du réveil : 5h15. Nous toussons un peu et filons nous coucher.

Il fait nuit au réveil mais le jour se lève quand nous quittons le campement. 

Nous montons tranquillement, choisissons un itinéraire plus à gauche que la veille. Les pentes sont raides mais le soleil n’a pas encore réchauffé la neige. D’ailleurs la neige ne « chante » plus à notre passage.

On se retrouve coincé sur une corniche. On hésite mais on ne prend pas de risque, on redescend une cinquantaine de mètres et on passe une corniche plus petite en portant les skis. C’est reparti, le sommet se fait désirer : colinnettes, longue traversée, dernière montée en lacets. Une petite chute pour Agathe, ouf, plus de peur que de mal. On arrive au col.

On chausse les crampons, on attrape notre piolet et on suit la crête, magnifique, aérienne par endroit. Nous arrivons au sommet. Nous sommes heureux ! C’est ça le bonheur de la montagne : effort intense combiné avec sensations fortes et proximité avec la nature.

Vue superbe sur le cirque de Gavarnie et la brèche de Roland, au fond le Vignemale. 

On se régale à la descente. La doudoune de Jérémy aussi : elle s’offre une belle glissade.

Pique nique bien mérité au campement puis retour à la voiture. La dernière partie, de route, nous achève. Heureusement, à l’arrivée un torrent nous tend les bras et nous offre la possibilité d’un rafraichissement revigorant.

Merci Philippe pour ce WE riche en neige, paysages grandioses, temps de partage, retour à la nature!

CLUB ALPIN ROCHELAIS
CLUB ALPIN ROCHELAIS
99 RUE NICOLAS GARGOT
17000  LA ROCHELLE
Contactez-nous
Tél. 05.46.44.78.58 et 06.95.08.13.77
Permanences :
Les Mardis de 18:30 à 20:30
Activités du club
Agenda